8 août 2019 Les métiers les moins choisis dans le monde

Les métiers les moins choisis dans le monde

Au fil des années, on a assisté à la sortie de nouveau corps de métier en France, comme partout ailleurs. L’évolution de la société a en effet permis d’augmenter le nombre d’emplois disponibles. Il n’en demeure pas moins que certains métiers sont toujours plus intéressants que d’autres. En France, voici notamment la liste des postes qui sont les moins prisés.

Couvreur

Dans une société où on fait tout pour optimiser le confort de son intérieur et le design de sa propriété, le métier de couvreur devrait pouvoir tirer son épingle du jeu. Fortement sollicité, aussi bien par les promoteurs que par les particuliers, c’est un secteur où la crise est encore minime, mais rien n’y fait. Et pour cause, on ne peut espérer qu’un salaire brut de 23 000 euros annuel.
Pour rappel, le couvreur est celui qui prend en main la rénovation et la réalisation de la toiture de la maison. C’est également celui à qui on fait appel pour les travaux de démoussage. Un emploi considéré comme dangereux et ingrat qui n’intéresse plus autant de monde qu’auparavant.

Producteur de lait

Avec la tendance bio, de plus en plus de particuliers devraient avoir envie de se lancer de nos jours sans la production de lait. Mais boudé en Amérique comme en France et dans le reste du monde, ce métier ne séduit pas. Certes, il propose une certaine affiliation avec la nature, mais les possibilités de gains annuels ne se négocient qu’à 40 000 euros et quelques. Tout dépend essentiellement de la taille de l’exploitation.
On craint notamment une disparition de ce corps de métier dans quelques années. Les jeunes ne s’y intéressent pas plus que ça et les séniors n’ont plus la force d’assurer la continuité de leur production.

Postier

Postier ou facteur : a chacun sa manière de le dire. Et dans un cas comme dans l’autre, c’est un métier qui est laissé de côté par la jeune génération. Il faut dire que c’est un métier fastidieux et qui ne paye pas assez bien pour permettre une certaine stabilité financière. Ils ne gagnent que 40 000 euros par an et pourtant la charge de travail est importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *